les bories du Vaucluse

 

Les bories sont des édifices en pierre sèche en forme de ruche, que l’on croise au hasard des chemins, perdues dans la garrigue, à flanc de colline ou bien au milieu des terres agricoles, servant comme abris pour bergers et chasseurs à se protéger des intempéries ou de remises.
D'une solidité surprenante, leur construction fait appel à des techniques bien particulières, sans charpente, montées sans mortier, chaque pierre y est coincée entre ses deux voisines sans recourir à du ciment ou autre liant.
Certains servaient même d'habitations ou de véritables fermes dont l'intérieur était équipé de niches, buffets de pierres et de cheminées.
Dans ces cas les principaux bâtisseurs étaient de modestes paysans, des cultivateurs et des bergers qui construisaient leurs habitations avec la pierre trouvée sur place quand aux 17ème  et 18ème siècle le pays doit faire face à une croissance démographique. Les paysans les plus démunis, les ouvriers agricoles et tout un petit peuple se portent alors acquéreurs des terres vacantes incultes et souvent éloignées des villages.
Peu de recherches ont été consacrées aux bories et bien des mystères les entourent encore, quant à leur nom dans Trésor d'òu Félibrige, Frédéric Mistral indique que le nom de « borie » provient du provençal et désignait initialement une ferme. C'est à partir du XIXème siècle, que le terme prend le sens plus péjoratif de cahute, masure.
Communément on les rencontre dans le quart sud-est de la France, notamment en Vaucluse, dans les Alpes-de-Haute-Provence, dans les Bouches-du-Rhône, mais c'est sans doute dans le Luberon que les bories sont les plus nombreuses, les plus diverses et les plus spectaculaires.
Généralement isolées, elles ont été conçues ici comme de petits domaines agricoles temporaires, des fermes saisonnières. Ainsi, les bories se trouvaient au centre de terres exploitables, et elles contenaient tout le nécessaire à la vie courante de l'agriculteur.
Accroché à 340 mètres d’altitude à un promontoire rocheux des Monts de Vaucluse, se situe le village de Gordes. C'est ici, que sous le nom récent de « Village des bories » on trouve à 1,5 km  un ancien groupement d'une vingtaine de bories à vocation agricole et à usage principalement saisonnier, constituant depuis trois décennies un musée de plein air.

levillagedesbories.com

ABONNEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER :

Partager cet article :