les santons

L'histoire des santons commence véritablement à la révolution, avec la suppression des Messes de Minuit et la fermeture des églises qui obligent les dignes représentants de la nativité à émigrer dans les maisons particulières.
Les santons représentent les habitants du village se rendant à la crèche : joueurs de pétanque, marchands de poisson, docteurs, boulangers, bergers.
La crèche provençale authentique est en fait une représentation idéale du village provençal et de son petit monde. Tout d'abord en bois, en carton, en cire ou en mie de pain, le "Santoun" (petit saint en provençal) s'accommode par la suite fort bien de l'argile du pays.
Nécessitant une attention continue, voire de l'affection, le vrai santon de Provence est encore aujourd'hui créé de façon artisanale : l'argile rouge du midi est pressée dans un moule en plâtre préalablement fabriqué par le santonnier. Fermement emprisonné dans sa coquille, le futur santon finit au bout de quelques minutes par en épouser les formes.
Consolidé dans ses fondements, le santon exige qu'on lui donne une forme humaine: des cheveux, des habits en tissus, des couleurs, un caractère, une fonction même dans la société des santons.
Un santon qui n'a pas de nom et qui ne joue pas un rôle n'est pas un santon digne de ce nom ! Les vieux Margarido, le "Boumian", l'ange Boufareu, Jourdan, le pistachier, la lavandière, la porteuse de bois, le berger... il n'y a aucune raison qu'ils ne trouvent pas une place dans la crèche familiale...
Il existe une centaine d'ateliers entre Marseille, Aubagne, Aix-en-Provence, Arles et ailleurs... et nombreux sont ceux qui se retrouvent sur la Foire aux Santons de Marseille de novembre à janvier ou dans d'autres villes.

www.oti-delasorgue.fr
www.gralon.net

Slider

ABONNEZ-VOUS A NOTRE NEWSLETTER :

Partager cet article :